Accueil
La maison rurale en Nouvelle-France
La maison urbaine en Nouvelle-France
La maison londonienne
Villas et villégiatures
La maison rurale du Bas-Canada
La maison des faubourgs
L'habitat ouvrier urbain
La maison des notables
Les maisons de colonisation
De maison en commerce
War-time housing et bungalow
Les maisons d'aujourd'hui
Les maisons de demain
Liens Recherche À propos du site Pour nous joindre Glossaire
Carte géoclimatique du Québec
Du rang au village
Villes et faubourgs
Conserver les maisons
Maisons d'architectes
La maison Lamontagne
Des maisons à visiter
Maisons d’architectes  
 
   
 

Version imprimable

Les architectes ne se sont pas toujours intéressés aux maisons ou à l’habitat domestique. C’est que, d’une part, la profession d’architecte est assez récente au Québec. Avant 1830, un constructeur ou même son client pouvait s’arroger le titre d’« architecte » s’il était habile à représenter par le dessin la forme architecturale souhaitée. D’autre part, l’immense majorité des maisons construites dans le monde (au Québec aussi) relève de pratiques traditionnelles : les maisons, bâties par des hommes de métier, perpétuent des savoir-faire communs destinés à répondre à des besoins d’habiter qui évoluent lentement.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’architecte, selon la tradition française, tient ses connaissances des métiers de la pierre. Il ne prépare des dessins que pour guider la construction, lorsque le savoir-faire traditionnel ne suffit pas à la tâche : soit la maison commandée est particulière ou différente, soit son site pose problème, soit les matériaux ou les techniques mis en œuvre échappent à la compétence des ouvriers habituels. Les mêmes principes guident aussi les architectes après la Conquête ; ceux-ci, toutefois, sont plutôt issus des métiers du bois, comme le veut la tradition britannique.

Le raffinement de la pratique architecturale contribue à préciser le statut de l’architecte, plus qu’à élargir les champs d’intérêt de la profession. Au XIXe siècle, l’architecte acquiert une formation professionnelle en travaillant comme clerc (stagiaire ou apprenti) chez un architecte établi. Le plan devient l’outil qui lui permet de coordonner l’activité des corps de métiers sur le chantier et d’affirmer sa position dans un système de production d’architectures. La première école d’architecture n’ouvre toutefois ses portes qu’en 1896, à l’Université McGill.

À chaque époque, néanmoins, les maisons conçues par des architectes ont laissé des traces. Jadis, elles devenaient les prototypes de nouvelles dispositions qui, lorsqu’on les jugeait intéressantes, étaient aisément reprises ailleurs. Les ouvriers de ces chantiers novateurs avaient en effet renouvelé leurs habitudes et acquis de nouveaux savoir-faire.

C’est surtout après la Seconde Guerre mondiale que les architectes du Québec se sont intéressés à l’architecture domestique. La prospérité nouvelle a alors permis d’ériger plus de maisons cossues, qui justifiaient des honoraires professionnels. Simultanément, le développement de l’art et de l’architecture a valorisé le statut du créateur et de l’œuvre qui porte sa signature. Le paysage construit a ainsi vu apparaître des maisons singulières et originales, tantôt manifestes d’un nouvel art d’habiter, tantôt outils de promotion de l’esthétique de son auteur.

 
 
 
 
   


Carte géoclimatique du Québec
| La maison Lamontagne | Des maisons à visiter
Du rang au village | Villes et faubourgs | Conserver les maisons | Maisons d'architectes

Liens | Recherche | À propos du site | Pour nous joindre